top of page
IL PASSATO BAS PIXEL.jpg

Table rationnel
"Le passé"

Immédiatement les souvenirs reviennent, comme une photo d’un polaroïd "feuilletez" l’album de notre vie nous plongeant dans le passé, revivant au niveau perceptif les mêmes émotions partagées à cette époque, de l’enfance à aujourd’hui, retraçant les bons et les mauvais moments, conséquence de nos choix.

Dans ce film en noir et blanc, nous nous reverrons, avec nos attitudes, nos qualités, nos défauts, engagés dans nos projets ou nos idéaux afin d’atteindre un statut social et économique tant rêvé.

Mais, à un moment donné, nous avons peut-être manqué quelque chose, ne se rendant pas compte que pendant notre course frénétique, nous aurions dû faire face à une "dette" due au destin.

La dette peut être de divers types, temporelle, matérielle, morale, émotionnelle, de foi et spirituelle.

Dans le cas du temporel - matériel signifie que nous avons peut-être des comptes à régler avec la société matérialiste et que, volontairement, nous avons occulté ou justifié par des pensées ou des choix égoïstes. Nous devrions nous préparer mentalement à affronter notre condition de dette le plus tôt possible pour retrouver l’équilibre de la vie sociale.

La présence d’une dette morale - émotionnelle peut signifier que dans certaines situations ou circonstances, notre comportement envers le prochain n’a pas été corrigé selon la bonne éthique. Nous avons peut-être offensé en paroles et en actes une ou plusieurs personnes en créant un climat de tensions émotionnelles et de frustration, à la fois en nous et dans la conscience de l’autre.

Nous devrions réfléchir aux causes qui nous ont amenés à réagir de cette manière, et ensuite régler notre relation avec la partie offensée.

La troisième dette pourrait être celle concernant la foi et la spiritualité.

En raison de notre volonté égoïste et matérielle, nous pouvons nous être éloignés des valeurs spirituelles acquises dans l’éducation qui nous a été donnée ou par notre créateur, en pensant que nous pourrions obtenir tout ce que nous voulions par nous-mêmes. Nous ressentons maintenant le désir profond de partager, avec le prochain et la création, la partie spirituelle de nous-mêmes, nous mettant au même niveau.

En essayant de payer ces dettes, nous pourrions commettre l’erreur de nous isoler pour rechercher la paix intérieure perdue à cause de notre passé, se retirer (dans une certaine condition psychologique) n’est pas un synonyme positif, surtout quand nous sentirons le besoin de soulager les douleurs de notre conscience.

Nous devrions être en mesure de réfléchir aux erreurs que nous avons commises et à la façon dont nous pourrions y remédier en rétablissant l’harmonie perdue avec l’œuvre créative basée sur l’amour.

L’équilibre psychique et émotionnel est indispensable pour pouvoir “voire” notre passé et les erreurs qui en découlent de manière détachée et objective. L’implication extrême, dans les deux sens, produirait en nous un conditionnement qui pourrait nous faire voir les situations filtrées par une lumière différente, plus encline à la justification personnelle qu’à un jugement équitable.

Une autre composante fondamentale est l’amour. Non seulement l’amour que nous pourrions recevoir chaque jour de nos proches, mais aussi celui que nous pourrions recevoir de notre prochain, sans but ni compensation programmée.

Une fois que nous aurons atteint cet épanouissement émotionnel dans notre IO-IN*, nous serons prêts à donner de l’amour. Le sentiment de paix que nous aurons, une fois régularisés nos "dettes", et le sens de purification de notre IO-IN* nous rendront prêts à nous aimer nous-mêmes et à aimer notre prochain.

Le passé, parfois, se présente comme un squelette dans le placard et nous devrions avoir le courage de l’ouvrir, de prendre de nos mains le squelette et de le revêtir de vêtements neufs et propres pour qu’il se présente renouvelé et acceptable et non plus comme un spectre dont fuir comme une métaphore de nos peurs.

Même si, en fuyant, nous pourrions croire éviter "la rencontre" dans la réalité, une telle attitude n’est qu’une illusion qui, tôt ou tard, disparaîtra comme le mirage s’évapore dans un désert.

Ce n’est qu’une question de temps, ce pourrait être avant, après ou dans la dernière partie de notre vie, mais soyez assuré que la dette que nous avons contractée viendra pour être payée. Le choix de cette charte devrait nous conduire à la prise de conscience que le moment pourrait être venu pour affronter notre passé, en nous purifiant et en nous préparant à une nouvelle vision de l’existence à la fois subjective et de toute la création.

La couleur brune est une couleur chaude et profonde.

Sa vision évoque en nous la terre définie, même au sens métaphorique, notre mère. "Terre nous sommes et terre nous reviendrons".

Il y a des arbres pluri centenaires qui sont bien enracinés dans les profondeurs de la terre et qui, par leur présence continue, nous témoignent tout le passé.

Le passé est enraciné dans un tel tronc bien accepté et vécu. L’équilibre biologique environnemental a permis de transcender le temps et d’arriver jusqu’à nos jours.

La terre "brune", avec son amour chaleureux, a enveloppé et protégé les parties vitales de cet arbre afin qu’il surmonte tous les imprévus provoqués par le passage du temps.

Le marron rappelle des sentiments liés à nos origines, la naissance, la vie, la mort.

C’est une couleur apaisante et tendre bien que, dans certains cas, cela puisse sembler ombrageux. Il est également synonyme de métamorphose ; un processus continu de mort et de renaissance infinie de la nature.

Le passé est le brun qui, en traversant le cycle de la mort, est prêt à se renouveler.

La prise de conscience de cette involution nous rendrait déjà prédisposés dans notre IO-IN* à un changement de notre vision de vie.

De même que la terre a besoin d’eau pour cette mission divine, nous avons besoin d’amour.

bottom of page