top of page
L'INCATENATO BAS PIXEL.jpg

Table rationnel
"L'enchaîné"

Nous pourrions nous sentir prisonniers dans diverses situations physiques et mentales.

L’image est d’une personne enchaînée et enfermée dans un petit espace étroit dont il est impossible de s’échapper. Dans notre vie, il peut arriver, ou nous arrive, de nous trouver dans des situations où un sentiment de captivité psychologique et émotionnelle nous enveloppe.

Nous voudrions nous libérer en trouvant une issue, mais sans savoir comment.

Quand nous sommes enchaînés, nous nous sentons incapables de toute action, même minime, mais surtout sans espoir. Nos problématiques nous apparaissent plus grandes que leur véritable réalité, et par conséquent insurmontables. Dans certains cas, ce qui nous a conduit à un tel état de captivité pourrait être les mauvais choix faits à des moments particuliers de notre vie; dans d’autres, au contraire, la cause pourrait être attribuée au destin.

Quel que soit le type de situation, il n’est jamais impossible de trouver une solution pour en sortir. Les solutions pourraient être de différents types : économique, psychologique, émotionnel.

Dans le cas économique, il faudrait se fixer un objectif qui ne soit pas excessif. En l’atteignant, nous gagnerons en conviction dans nos moyens en les associant à l’effort, au dévouement et à beaucoup d’engagement. Progressivement, nous nous rendrions compte que ce qui nous paraissait insurmontable est à notre portée en ayant la possibilité de nous libérer de l’enchaînement. Psychologiquement, c’est beaucoup plus difficile. L’enchaînement est dans nos idées et nos convictions, dans la confiance en soi, dans la croyance en quelque chose auquel nous pourrions aspirer. Souvent, ce sont nos peurs ou nos incertitudes qui nous rendent "menottés" qui nous obligent à des mouvements rigides et inadéquats.

De nombreux échecs, même minimes, pourraient avoir contribué à instiller en nous un sentiment d’incapacité et de faiblesse qui nous ont conduits vers un tel état d’inaction et d’enchaînement. Les conséquences de ces échecs pourraient avoir eu des retombées, y compris en impliquant nos proches, transformant cette circonstance en un rocher tombé devant nous : un obstacle insurmontable. L’émotivité joue également un rôle important dans notre dimension d’enchaînement. Parfois, nous pouvons être entraînés dans des situations ambiguës parce que nous suivons nos émotions physiques impulsives au lieu d’effectuer une analyse réfléchie qui se concentre sur les décisions à prendre.

Dans le cas contraire, notre émotivité pourrait ne pas s’exprimer de manière pure et adéquate, bloquant devant des événements et des possibilités qui nécessiteraient notre libre expression. Les émotions peuvent être positives ou négatives, nécessitant dans les deux cas une gestion rationnelle et un rééquilibrage en mots et en actions.

Pour se libérer de ses situations personnelles, il serait utile de se mettre dans une condition où la vision de nous-mêmes et de la vie se présente clairement.

La tranquillité psychique et émotionnelle devrait être la condition obligatoire pour atteindre cette liberté psychologique et notre IO-IN*.

Au fond de nous, nous devrions être en paix avec nous-mêmes et, par conséquent, avec le prochain et la création. Cela nous permettrait une vision très rationnelle du sens de notre existence en devenant une forme de libération. Dans la vie, il existe aussi des "liens" dus à des facteurs tels que les maladies ou les malheurs qui nous empêchent de poursuivre notre chemin. Dans ce cas, l’enchaînement auquel nous sommes soumis n’est qu’une immobilité temporelle qui trouvera son débouché en temps voulu.

En de multiples occasions, nous pourrions être enchaînés par des situations que nous subissons à cause des autres et dont nous ne pouvons pas nous blâmer. Dans ce cas précis, nous pourrions trouver une issue en acceptant un éventuel compromis avec ceux qui nous ont rendus "prisonniers".

Ce n’est que le premier pas qui nous conduirait, par la suite, à une libération totale de l’impasse qui s’est produite.

Les couleurs rouge, bleu et noir sont à certains égards très particulières. Le rouge est une couleur chaude, synonyme de passion, d’amour et de sentiments que nous pourrions comparer à notre part émotionnelle. L’éclosion d’une rose rouge est un événement qui nous fascine et nous enchante, nous envoûtant dans un état d’extase, mais dans cette dimension d’enchaînement agréable nous ne voudrions plus nous en détacher en nous faisant "prisonniers" de notre jouissance.

La couleur bleue est une couleur froide synonyme de réflexion, L’introspection, la recherche intérieure que nous pourrions comparer à notre partie psychique, qui est aussi le résultat de conditionnements mentaux et de décisions qui pourraient nous conduire à des situations de vie dans lesquelles nous nous sentirions complètement esclaves.

Les peurs décisionnelles pourraient être une cause supplémentaire d’immobilité et par conséquent d’une captivité "virtuelle".

La couleur noire, en revanche, dans ce contexte devient synonyme d’une condition de vie, même économique, pas brillante qui nous ronge peu à peu.

La volonté de faire beaucoup de choses ou de projets et l’impossibilité matérielle de les initier et de les mener à terme tend à produire en nous une tension émotionnelle et psychologique qui nous lie et plus nous nous débattons pour nous libérer plus nous infligeons des souffrances.

Nous devrions prendre conscience que, même enchaînés, nous pourrions nous libérer et cela ne dépend que de nous de réussir dans cette entreprise.

L’aide extérieure peut nous aider à raisonner et à réfléchir au pourquoi et au comment de cette situation.

Une fois cela accepté, nous pourrions bien définir notre stratégie en partant de la racine du problème, conscients de nos possibilités à mettre en œuvre.

bottom of page