top of page
L'OCEANO BAS PIXEL.jpg

Table rationnel
"L'océan"

Une immense étendue d’eau qui se perd dans une ligne d’horizon infinie, dans son balancement rythmique; un sentiment de paix et de détente envahit notre IO-IN* en admiration extatique de cette profondeur horizontale et verticale. L’impulsion nous pousse à nous jeter dans cet océan pour entrer en symbiose avec lui et pouvoir atteindre, de manière plus intérieure, cette dimension de force et de grande sérénité.

Cette propension devient comme une évasion d’une routine de vie qui nous épuise désormais, à la fois mentalement et émotionnellement. Le besoin intérieur peut être devenu une nécessité primaire pour retrouver son propre équilibre psycho - physique.

Nous avons peut-être la nette impression d’avoir perdu quelque chose dans notre passé et maintenant il est temps de se mettre à sa recherche. Ce que nous avons peut-être perdu est un amour, une amitié, un idéal, une foi, une famille ou autre.

L’immensité de l’océan nous indique la difficulté de nous retrouver et de retrouver ce que nous aurions pu perdre, presque comme si c’était non pas une aiguille dans une botte de foin mais un anneau dans l’océan. L’impossible n’existe pas, donc nous ne devrions pas nous décourager d’affronter cette immensité marine qui, en même temps, deviendrait pour nous un motif de rééquilibrage, de paix et de sérénité. La recherche n’est pas obsessionnelle mais patiente et sereine.

C’est en se laissant emporter par le destin que, rationnellement ou inconsciemment, nous pourrions découvrir le "trésor" perdu; comme si nous étions sur un bateau à rames au milieu d’un océan, sans direction à suivre, où seul le mouvement des vagues et des marées détermine de quel côté nous nous dirigeons.

Aujourd’hui, nous pourrions souhaiter être dans cette situation pour deux raisons : la première est celle que cet isolement du monde, bien que terrifiant en tant que circonstance, produirait en nous un "étrange" sentiment de sérénité intérieure dû au détachement des tensions et du stress de notre vie.

Une paix de rien autour de nous. La deuxième raison est que, bien qu’à la merci de ces sensations éthérées, nous aurions la certitude que les événements nous conduiront à une prise de conscience indispensable pour la découverte de notre vrai soi.

Nous n’avons pas voulu cette recherche, mais seulement désirée. Dans la vie, il peut arriver des choses ou des situations qui, si elles sont analysées avec logique et objectivité, ne trouvent pas de réponses exhaustives sur comment et pourquoi de l’événement. C’est précisément le destin de l’hypothétique mouvement océanique qui intervient illogiquement, mais avec un but naturel précis.

Le désir de relaxation est une condition indispensable pour notre IO-IN*. Se laisser conduire par la main vers l’inconnu, à la recherche de soi et des valeurs perdues, dans un état émotionnel et physique de paix sereine, deviendrait le juste vademecum de notre vie.

L’océan a également un caractère ambivalent. Il pourrait se montrer calme et rassurant, nous donnant de telles sensations bénéfiques pour l’esprit, mais en même temps devenir puissant, impétueux et dangereux avec ses tempêtes ou tsunamis; caractéristiques qui, au contraire, pourraient nous perdre définitivement. C’est avec une attitude de respect respectueux que l’on devrait se poser à l’invitation de l’océan, même si nous l’avons cherché pour partager ses propriétés émotionnelles et spirituelles.

Nos peurs dans un tel état d’isolement serein mais dangereux seront dominées par notre prise de conscience que, nous-mêmes, sans plus décharger de responsabilités diverses sur le prochain, nous assumerons avec engagement et conviction. Plonger dans cette eau reposante nous permettrait de rompre temporairement les ponts avec notre présent angoissant et frénétique. Tout le monde court, tout court, le temps semble accélérer le rythme des secondes que nous poursuivons de plus en plus avec essoufflement.

Quelle image pourrait mieux représenter le déliement de tout, sinon celle d’un océan nocturne où le bleu ciel de la nuit se distingue à peine du bleu outremer de la grande étendue d’eau à la fois bruissant et silencieuse; le tout éclairé par une tranche de lune qui émet une douce lumière qui se reflète dans l’élément vitré.

La couleur bleue est apaisante, mais aussi introspective et réfléchie. C’est une couleur froide qui représente la condition détachée avec laquelle nous devrions aborder divers thèmes ou situations.

La vision d’un grand espace coloré de bleu nous donne l’impression qu’à un moment donné, au centre, s’ouvre une brèche dans laquelle nous sommes invités à entrer. C’est comme si, devant l’océan, les eaux s’ouvraient et nous invitaient à les traverser. Au-delà du bleu, nous ne savons pas ce qui nous attend, malgré cela, l’invitation de la couleur devient irrésistible et enivrante.

Si nous acceptions de nous confronter au bleu, cela signifierait que nous sommes intimement prêts pour cette immersion d’extase "stupéfiante".

A la fin de cette confrontation, après avoir retrouvé ce que nous recherchions, nous serons des personnes renouvelées, prêtes à affronter le reste de notre vie. Nous n’avons plus rien laissé dans le passé, sauf des souvenirs et des expériences positives et négatives. Après avoir erré doucement dans l’océan, nous sommes arrivés sur l’île de notre vie, conscients que nos choix ont été réfléchis et bien placés.

Le ciel, l’océan et la lune que nous admirions avant sont maintenant devenus une peinture sur toile, que nous avons bien encadrée dans notre IO-IN*.

bottom of page